NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

Black est la couleur - 3 (fanfic)

 

 

Introduction:  2018

Sirius Black reprend conscience dans un hôpital. (moldu, bien sûr).

Plongé dans le coma depuis longtemps, il a été sauvé par les urgentistes moldus. Une fois réveillé, il retrouve peu à peu la mémoire.....Il comprend qu'il a très peu vieilli. Les autorités ont établi qu’il s’appelait Stubby Boardma . Réalisant qu’il est bien un sorcier et en possession de  presque tous ses souvenirs, il décide de partir et de rechercher les personnes qu’il a connues. Il comprend vite que les choses ne sont pas ce qu’elles sont ...

 


 

 

Phase 4 : London calling

 

Sirius était certain de ne pas avoir inventé tout cet univers: Poudlard, les élèves, la salle commune de Gryffondor.

Avait-il réellement été en cours avec un jeune loup-garou ? Et ses amis… Où étaient-ils ?

 James; Remus.

Se méprenait-il ?

Sirius plongea la tête dans l’eau froide du lavabo. Il s’aspergea.

Il devait partir.

Il mélangeait tout. Ici, dans cette chambre qui n’était pas la sienne, dans cet hotel où il avait trouvé refuge malgré l’insistance de Shirley pour qu’il reste chez elle.

Il ne pouvait pas.

Il lui semblait avoir déjà connu cette situation : devoir se cacher. Mais le cours de sa vie lui échappait.

 

La veille, il était allé au Square Grimmaurd.

Il avait cherché. Mais devant les bâtiments, il avait dû se rendre à l’évidence. Il ne retrouvait pas le n°12. Pire : celui-ci n’existait plus pour lui.
Il savait que les Moldus ne pouvaient pas voir cette habitation - celle de sa famille. 

Etait-il encore un sorcier ? avait-il encore une once de magie en lui? 

Depuis son réveil, il ne lui avait pas semblé être en mesure d’effectuer un quelconque sortilège. Même sans baguette, il aurait dû, pourtant.

 

Il pensait que cette incapacité était due à son long sommeil - le coma. 

Mais il en doutait de plus en plus.

Oh, par Merlin! Qu'était-il devenu? 

 

 

 

Il se souvenait pourtant. 

 

Les rues étaient pleines de soleil ce jour-là.  A portée de la  main.
Au dehors.
Il les devinait alors qu'il était enfermé. Là. 12 Square Grimmaurd. Chez ses parents, la noble et ancienne famille Black. 

« Jamais il ne s'était amusé au 12 square Grimmauld.

Rire semblait indécent dans cette maison qui en devenait lugubre.

Lorsqu'il descendait à la cuisine pour les repas, il ne décrochait presque pas un mot, car il savait qu'il serait inutile de provoquer inutilement ses parents.

Sirius aimait être rebelle mais cette attitude devenait lassante puisque ses parents avaient toute latitude pour le tenir enfermé dans sa chambre des journées entières – du moins, c'est ce que faisait sa mère ; son père, quant à lui, avait d'autres préoccupations que de tenir compagnie à ses enfants. Il était souvent au loin, pris par des activités de sorciers, relatives aux affaires de la famille Black. Tel était Orion Black.

 

 

 

Sirius s'étira. Ses cheveux sombres en bataille vagabondaient en toute liberté sur ses tempes et son front. Sa mère était furieuse de le voir aussi négligé. Elle avait failli arracher son chignon de hargne en voyant qu'il ne se faisait pas couper les cheveux correctement et qu'il prenait un malin plaisir à laisser des mèches de plus en plus longues barrer son front. Etait-ce ainsi qu'un Black se comportait ? En affichant une tenue aussi débraillée ? Et pourquoi ne pas s'habiller en Moldu toute la journée ?

 

A cette pensée, Sirius sourit. Il adorait ça. Sa mère n'avait jamais réussi à décrocher ses posters et ses photos de ses murs ni à explorer son armoire dûment ensorcelée pour y trouver ses jeans et son blouson de cuir.

 

Mais aujourd'hui…il devait se rendre à l'évidence. Il ressentait un poids énorme. Il n'avait reçu aucun courrier, aucune nouvelle de l'extérieur. De la part de Remus, cela ne l'étonna pas, la période de la pleine lune s'achevait à peine. Mais James ?

 

Sirius ferma les yeux. Son esprit s'envola. Si seulement il pouvait, lui aussi…Sortir d'ici, véritablement, échapper à toutes ces contraintes, pour de bon. Définitivement.

Libre. Enfin.

Mais, non, il était toujours ici, enfermé. Enfermé !

Ces mots lui martelèrent la tête et lui rappelèrent autre chose. Il ne savait pas quoi. »

 

 

 

Sa jeunesse. C'est ainsi qu'il l'avait vécue. Il en était sûr!
Il savait. Ce n’était pas une élucubration de son pauvre cerveau.

Il avait bien vécu là.

 

 

Il pensait se souvenir. Mais n'avait-il pas arrangé la réalité à sa façon? 

Un rêve d'été, un frisson d'hiver. Etait-ce une illusion ? Un conte ?

Tout ce dont il se souvenait, les sons au bord de son oreille, les sensations et le temps, qui passait, qui passait. 

Arrêté en plein vol, le temps qui collait au sol, s'étirait. 

 

Il y avait une fois et puis...une autre fois encore. Il avait vécu plusieurs vies en une seule. 

 

 


 

« Woke up on a good day
And the world was wonderful

A midnight summer dream had me in its spell »

(Midnight summer dream - The Stranglers). 

 

 

« Froid. Terriblement froid. Au plus profond de soi. 
Et vide. Encore un peu. Et ce vide m'emportera. M'aspirera dans un tourbillon sans nom. 
Je resterai là. Ou ailleurs. Peu importe. Moi, ou ce que je serais devenu. Une enveloppe. 
Sans bouger, penser, lutter. Agir. 
Juste assis. Là. Désorienté. Au bord de moi-même. Envahi par les dernières images.
C'est où, ici ?
C'est nu, c'est sombre. Sans vie. C'est un lieu pour périr. 
Le lieu résonnent des cris, des insultes, des appels à l'aide, des pleurs aussi ; et des cauchemars la nuit. Provenant des cellules voisines.

 

Azkaban. Ils m'ont enfermé dans une geôle à Azkaban. Chargé de chaînes comme le pire des criminels, comme le monstre à éviter. Je ne pouvais pas y croire. Et pourtant, tout a basculé en deux secondes ! J'étais piégé ! C'était évident. Moi, Sirius, c'était pitoyablement risible.

Oui. Ils sont tous morts. James, mon meilleur ami, mon frère. Lily. J'ai vu leur maison dévastée. Je les ai vus, inertes, frappés du sort de mort. J'ai vu mon filleul, privé de ses parents. 
Tout ça à cause de ce traître ! Oh, j'aurais dû le savoir. Ce petit vicieux de Peter. Il a tellement bien joué son rôle. Et je n'ai rien vu. J'ai même suspecté Remus. Quel aveuglement…Remus. Il doit me haïr à présent."

 

 


 

 

 

 

 

« The only way for us to be alone
Into the Earth and in the stone

 

When you wanna be on your own, is dream time
I am there in the rock

 

From the start of the total clock

 

All of my dreams can interlock, in dream time " 

 

 

 

 

 

 

Il y avait autre chose. Une autre pensée. D'autres paroles. D'autres sentiments. Il en sourit presque en les repassant dans sa mémoire. Cette fichue mémoire abîmée! 

 

 

 

« Et soudain, en prononçant ces mots, il sentit en lui un charme opérer en lui ; la dernière barrière se brisait. Le cercle qui semblait le retenir prisonnier était à présent totalement évanoui. L'ultime limite vola en éclats. Sirius eut l'impression que son âme se fondait dans une sorte de magie dorée qui l'enveloppait. La Magie suprême.
Il  répéta lentement les mots qu'il savait à peine dire :

 

-          Abigail, je t'aime.

 

Dans l'instant qui suivit, il fut submergé par une tendresse si intense qu'il se crut victime d'un autre enchantement. Poignardé de douceur.
Devant la jeune fille qui frissonnait, les yeux encore cernés, il comprit que quelque chose se scellait entre eux. »

 

 

 

 

 


C'était ça. Ce souvenir..ABBY...Abby ? 
Où es-tu, Abigail? 

 

 

 

 

 

« To be there everyday

 

Letting curiousity point the way

 

Never felt I had a pleasant stay, in dream time

 

The sites are there before the eyes

 

History is crystallised

 

Every place has got a special size, in dream time »
(Dreamtime - the Stranglers)

 

 

 

 

 

Abby, c’était bien son nom.

 

Abigail Dittany. La petite sorcière douée de prémonitions.

 

Elle était avec lui, en cours. Il l’avait aimée presque au premier regard. Mais ça lui avait pris des années pour se l’avouer. Et le lui dire.

 

Abby devait être quelque part dans ce monde. Mais où ?

 

Sirius se souvint que la tante d’Abigail, Nemesia, l’avait hébergé souvent. Mais Nemesia était-elle encore en vie ?

 

Oh, bien sûr, Nemesia avait été une sorcière puissante et comme tous ceux qui usaient de cette magie, elle devait bénéficier d’une longévité hors du commun.
Dumbledore était très âge avant que…

 

Sirius s’arrêta dans sa réflexion.

 

Soudain, il était perdu.

 

Deux images se superposaient dans son esprit.

 

Il se frotta les tempes.

 

Il avait besoin d’air frais.

 

 

 

 

 

 

 

Il se leva, enfila sa veste sombre. Il marcha longtemps sans but, pensait-il. 

 

Dehors, le temps était frisquet. C’était parfait. Il avait sérieusement besoin de la fraîcheur pour se remettre les idées en place. Marcher dans les rues de Londres par une matinée d’un samedi d’automne. Il sourit en avançant au hasard, mes mains dans les poches. Tout à fait un titre de chanson. 

 

« London calling to the faraway towns
Now war is declared and battle come down
London calling to the underworld
Come out of the cupboard, you boys and girls 
», chantonna-t’il, puis surpris par ce souvenir, il s’arrêta. 
Les deux visions de son souvenir continuaient de flirter à la limite de sa mémoire. 
Il devait se remémorer. Mieux que cela.

 

Il arriva au pied de l'immeuble. Il leva la tête.

Sirius n'avait pas erré sans but. Il était de retour chez Shirley, la femme qui l’avait accueilli.

 

- Tu es de retour? lança-t’elle sans paraître étonnée après lui avoir ouvert la porte.

 

Il faillit grommeler et tourner les talons  mais il se rappela que Shirley lui avait proposé son aide, spontanément, sans rien demander en retour. 

 

- J'ai fait un tour et ...me voici, marmonna-t’il. Il se fit l’effet d’être un parfait salaud en revenant sans plus de façons. Et il réalisa que ce n'était pas la première fois qu'il agissait ainsi. 

Oh, il avait fait pire, bien pire!
Il se retint au linteau de la porte, pris de vertiges.

- Mais...tu es souffrant, entre...

 

"File, va-t'en, dégage, Sirius Black, c'est ça, fuis donc comme le lâche que tu as toujours été! Le pire salaud de la Terre! C'est la dernière fois que je te fais entrer chez moi, dans mon lit, dans ma vie! Fous le camp! C'est tout ce que tu sais faire! "un long sanglot retentissait à ses oreilles - tintait dans sa tête. 

- Kem...Kemmy Dale, balbutia-t'il avant de s'écrouler sur le sofa du salon sous les yeux effarés de Shirley."
Kemmy....était réelle, elle  aussi? 

 

 

 

 

 

 

 

1. Kemmy Dale

 

2. Abigail Dittany

 

3. London calling 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



04/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres