NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

Les soeurs fantômes - 4

Cendre

 

 

Seun était un Opalescent. L 'un des derniers de son espèce.

Son essence était de brume et d'eau mais lorsqu'on le regardait, on aurait cru qu'il était fait d'un velours léger, miroitant selon l'intensité de la lumière.

Les Opalescents disparaissaient progressivement en raison des pollueurs d'air qu'étaient les Autres - ceux qui n'étaient pas des Clairs-Obscurs. Ils avaient tant fait d'erreurs, tant lâché de saletés et de déchets dans l'atmosphère que même l'air autour d'eux devenait sale.


D'ailleurs, ça se voyait, surtout les matins d'été quand le soleil se levait. Cendre avait remarqué que du haut de la colline où se trouvait la maison, elle pouvait apercevoir la Très Grande ville, et même les trains qui y allaient.

Ces jours-là, quand chez les Fantômes, tout était baigné dans une jolie clarté dorée, un nuage étrange enrobait les bâtisses de la Ville, la nimbant de rose et de gris. Finalement, elle disparaissait presque derrière cette nuée artificielle, ressemblant à quelque ville fantôme ;quelle ironie, non ?

Les Autres avaient créé leurs propres spectres avec toutes leurs poubelles, leurs restes, leurs moteurs, leurs cheminées, leurs usines, leurs déchets.

 

Et pendant ce temps, la famille de Seun se réduisait de plus en plus.

Lorsque Cendre lui avait demandé s'il avait des frères ou bien des cousins, celui-ci était resté très évasif. Lui, si souriant, si jovial avait paru soudain bien pensif. A présent qu'elle le connaissait mieux, elle comprenait : Seun était seul parce qu'il ne croisait pas d'autres Opalescents depuis bien longtemps.

Alors, Cendre avait envie de le consoler.

 


Mark Ryden

 

 

 

 

 

Mais était-ce approprié pour un Fantôme ? En tant que telle, ne devait-elle pas rester avec la Famille, les autres Fantômes, comme elle ?

Mâne et Orée avaient prévenu les plus jeunes, à la Réunion en tenant ces paroles de mise en garde :

- Soeurettes, vous êtes de tout jeunes Fantômes ! Vous ignorez les dangers qui se trouvent autour de vous ! Non, je ne parle pas des Autres, ceux-là sont simples à éviter, je veux parler des descendants des autres espèces !

C’est la plus petite, Bruine-Brume, qui prit la parole, alors :

- Les autres espèces ? Ils ne sont pas des fantômes ? Je comprends plus.
Et elle regarda partout autour d’elle comme si elle voulait découvrir, les découvrir eux, ici, dans la pièce de réunion, cachés.

- S’il te plaît, Corne occupe-toi de ta sœur… Elle va prendre peur si elle n’écoute pas attentivement.

- Et toi aussi, ébourichouette, fais attention! lui lança Cendre avec un regard en coin vers Corne. Tu t’emballes vite!

- Même pas vrai, répliqua la petite en attrapant Bruine et en la juchant sur ses genoux.

- Ecoute bien ou tu auras encore des bouffées de mauvais rêves !

Bruine-Brume se blottit contre son aînée, tirant sur ses jupes de voile.

- J’aime pas les bouffées de rêves, ça me donne la chair de chouette !
Mais déjà, Mâne avait repris la parole et expliquait d’un ton docte l’origine des Clairs-Obscurs, une partie de notre histoire que toutes connaissaient bien. Et Corne soupira un peu : rengaine, conte, légende, que de fadaises!


-...C’est pourquoi il reste si peu d’entre nous, les Clairs-Obscurs. Je vous ai déjà parlé de nous autres, les Fantômes, et du fait qu’il faut faire très attention aux Antômes, nos mâles…

- ….Même si ceux-ci ont quasiment tous disparu, martela Orée.

- Pourtant, il reste des autres espèces qui, comme nous, sont des Clairs-Obscurs, des Etres que les Autres, les Humains, ne peuvent voir.

- On compte les Irridescents et les Radiants, ceux qui se nourrissent de l a pâleur de l’aube et du coucher du soleil, les Angeles et les Djenoune qui comme nous, utilisent l’air et l’énergie mais sont bien plus puissants, les êtres de l’onde, les Thélatiens et les Maïens, ceux des creux et des pierres, les TransMuros aussi nommés Passe-Murailles, et enfin on a aussi les Opalescents…

Orée intervint alors:

- Mais on n’en a plus vu depuis des lustres et des lustres. De même que beaucoup d’autres Clairs-Obscurs que nous ne nommerons pas!

Les deux Fantômes adultes baissèrent la tête dans leurs voiles, afin de montrer leur affliction. Corne fit signe à la petite Bruine-Brume de se taire quand elle la sentit gigoter sur ses genoux.

- Je voulais demander quelque chose, siffla-t’elle à l’oreille de Corne, pas suffisamment bas pour que personne ne l’entende. Tu m'embêtes, Corne! 
Et elle se mit à geindre, attirant l'attention des autres sur elle.

 

 

Cendre soupira.
Jamais ses sœurs ne sauraient bien se conduire !

Et elle, comment en saurait-elle plus sur les Opalescents ? Elle aurait voulu que Mâne et Orée en parlent.


Finalement, elle se sentait bête de trouver Seun gentil, et si mignon avec sa tête ronde, ses yeux compatissants et son sourire prêt à la blague. Elle aurait aimé le serrer contre elle, lui dire qu’il n’était plus solitaire, à présent.
Mais devait-elle le chercher à nouveau?Devait-elle lui parler, écouter ses bêtises et rire à ses blagues ? Jouerait-elle avec lui dans la fraîcheur des matins à « M’as-tu vu ? » ?


Seun était son secret, elle s’en rendait compte. Ce n’est pas aujourd’hui qu’elle parlerait de lui. Elle préféra se taire. Et attendre.

 

2017@

 


 

 

 



 



30/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres