NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

Black est la couleur - 4

 

Introduction:  2018

Sirius Black reprend conscience dans un hôpital. (moldu, bien sûr).

Plongé dans le coma depuis longtemps, il a été sauvé par les urgentistes moldus. Une fois réveillé, il retrouve peu à peu la mémoire..Il comprend qu'il a très peu vieilli. Les autorités ont établi qu’il s’appelait Stubby Boardman . Réalisant qu’il est bien un sorcier et en possession de  presque tous ses souvenirs, il décide de partir et de rechercher les personnes qu’il a connues. Il comprend vite que les choses ne sont pas ce qu’elles sont ...
Mais très vite, il comprend que des éléments lui échappent. Il est recueillie par une jeune femme, Shirley, séduite par son charme. 

 

 

 

 

 

 

Depuis le début de la matinée, Sirius retournait des pensées dans sa tête sans en venir à bout.

 

Sirius avait vécu des séparations. Il avait pris des décisions.
Très tôt, il avait quitté ses parents, le foyer familial qui lui devenait intolérable. Il avait fait ses choix, en amitiés, en allégeances, en amour.
Lui, la branche pourrie de la famille, comme se plaisait à le nommer sa mère, lui, le renié des Black.
Il savait qu’aux yeux des Sang-Purs, il était un traître : préférer la maison Gryffondor au vert de Serpentard, choisir de fréquenter sa cousine Andromeda plutôt que Bellatrix, accorder son amitié aux Maraudeurs, se lier avec un loup-garou, se faire presque adopter par la famille Potter au détriment de sa famille de sang, définir frère de James Potter en délaissant Regulus, son frère biologique, sortir avec de jeunes Moldues plutôt que de se diriger vers une union convenable avec une Sang-Pur – tout ce qu’il avait fait le désignait comme un ennemi potentiel des anciennes familles de sorciers – un ennemi déclaré des Mange-Morts. Un traître à son sang.

 

Le libre choix plutôt que la lignée tracée depuis son enfance…

il ne doutait pas qu’il avait pris ses décisions selon son âme, selon son coeur.
Même s’il savait qu’il avait été souvent irréfléchi (« chien fou »!), souvent impulsif, impétueux.
Avait-il des regrets ?

Il n’avait jamais tenté de s’appesantir. S’il fallait qu’il soit jugé, que ce soit par ses actes !

En fait, Sirius n’avait jamais été jugé. Il avait été condamné. Emprisonné. Déclaré coupable.

Meurtrier, assassin, ennemi public.

Cela faisait beaucoup pour un seul homme : traître, assassin.

Mais ce qu’il supportait le moins, c’était d’avoir été soupçonné de servir. Serviteur du Seignuer des Ténèbres.

 

Il ne reniait rien ce qu’il avait fait.
Mais s’il avait pu, il aurait fait plus. Il aurait été moins inconscient.

Il aurait aimé pleinement, il n’aurait pas laissé les autres sur le bas-côté.

 

Et maintenant, il ressentait durement la perte.

Comme une partie de lui-même qui ne serait jamais plus.

Comme un vide incommensurable.

Il n’avait pas assez des larmes pour dire sa peine.

Les jours se suivaient, tristes, gris ,sans saveur. Et pour la première fois de sa vie, il errait. Il n’avait plus de but, plus de combat, plus envie de se confronter.
Il voulait simplement recommencer - depuis le début.

Et ne plus penser à ce qui était inéluctable.

Ne plus penser qu’il était au bout, à la fin.

 

Mais pourtant, ça ne l’était pas.

Il avait survécu à Azkaban, il était mort – ou l’avait-il cru ? - et il était ici, à Londres, bien en vie, d’après ce qu’il constatait.

Une seule chose lui manquait plus que tout : son ami Remus, son filleul Harry et elle.

Elle ? Mais qui, au juste ?

Abby.

 

Il était revenu sur les lieux qu’il pensait être ceux de son passé. 12 Square Grimmaurd. Il ne put jamais trouver la porte de l’ancienne maison des Black. Le numéro lui-même restait caché à sa vue. Il ne faisait plus partie de ce monde. Etait-il seulement encore un sorcier ?

Il décida de se diriger vers le Chemin de Traverse. Il lui fallait une baguette !
A nouveau, il se perdit plusieurs fois dans Londres sans jamais réussir  à retrouver le chemin. 

Il décida alors de retourner chez la femme qui l'avait si bien accueillie. La tête lui tournait. 

 

 

Elle lui ouvrit la porte:

- Mais tu es souffrant, entre! 

Il passa la porte de l'appartement, vertigineux. 

Sirius vacilla et s’écroula sans un mot sur le lit de Shirley.

Elle poussa un cri et se précipita vers son téléphone.

« Allo, les secours ? Oui, c’est urgent, c’est mon...ami, un ami à moi. Il vient de faire un malaise, je crains que ça ne soit grave, vite ! »



25/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres