NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

La peur dont on se moque

Enlevé par une vague qui déjà trop l’achève
Secoué par une vision avant qu’il ne se lève

 

Etre à court

Etre à vif

quand le soir

vient trop tard

Coeur lisse, ailes noires

Le même bruit qui se tisse

un peu lisse, un peu triste

sans vie ou sans idées

autour de la cité

 

Enervé malgré lui,

il s’enfonce dans le soir

à bout d’souffle, à court de pensées

il ne sait plus bien y voir.

 

Comme une torche vive

Qui l’a tiré des draps
Un coup de lave, une chaux vive

le réveil sur le tas.

Une peur rouge, une crainte lourde

tombant de la fenêtre

- regarde la, cette gourde !

Elle pend comme une serviette ! -

 

 

©Leya - textes et photos - Tous droits réservés

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/39989/26082015-IMG_8122.jpg



10/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres