NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

Une année mouvementée - Chap 2- Réveil

Les frères de Minerva apparaissent officiellement sur Pottermore : 


 Minerva est l'aînée de 3 enfants. Mère sorcière (Isobel), père moldu (Robert). Son premier amour est également nommé: Dougal McGregor, un Moldu qui alla jusqu'à la demander en mariage alors qu'elle avait 18 ans.

Minerva réfléchit alors à ce qui se passerait....Et finit par refuser. 

 

 Les autres personnages (Melinda et Abby, Rufus) sont les miens.

Bonne lecture !


Leya - 2013/2018

 

 

 

 

 

 

Ce fut un son clair. Très distinct. Comme une clochette argentée.

 

Une bulle qui aurait éclaté.

 

Puis tous les sons lui parvinrent, les voix, les froissements des habits, les chaises qu 'on repousse.

 

Enfin, elle comprit que le monde autour d'elle était palpable, mouvant. Vivant.

 

Et vivante, elle l'était.

 

 

 

Elle se sentait un peu distraite, un peu lourde, comme emprisonnée dans une étoffe inconnue ; son propre corps, que, soudain, elle avait du mal à reconnaître.

 

 

 

Mais oui, elle vivait.

 

Sa vision était encore un peu floue, mais elle réalisa aussitôt qu'elle ne portait pas
ses lunettes. Quelle ironie ! un moment, elle avait cruqu'elle avait perdu la vue.

 

Elle voulut bouger pour attraper sa paire de lunettes. Mais ses membres étaient lourds.

 

Elle se tourna et entendit aussitôt des voix familières.

 

Par la barbe de Merlin ! c'était son frère, Malcolm, et oui, son autre frère, Bob!

 

Il y avait des années qu'ils ne s'étaient pas retrouvés tous les trois dans la même pièce. Cela datait du jour où John, son petit-fils, avait été accueilli officiellement en tant que tel dans la famille.

 

Si seulement, Dougal McGregor, le premier amour de Minerva, le grand-père de John avait été encore en vie, il aurait sûrement été présent, à cet instant.

 

Mais qui les avait appelés ici ? Qui avait oser déranger les frères McGonagall ? Et pourquoi ? Parce qu’elle avait eu un petit malaise ?

 

Minerva trouvait que c'était un manque de tact évident de perturber la vie de tous ces gens, 

 

même s'ils étaient ses proches, pour une histoire de… enfin, que s'était-il passé ? Elle avait été malade, voilà tout. Il n'y avait rien de bien étonnant.

 


Elle vieillissait. Alors, à quoi bon rallumer le feu sous le chaudron ?

 

Les murmures s'intensifièrent :

 

  -Elle est réveillée...

 

 

 

Oh, c'en était trop !

 

Minerva fit un effort et articula le plus distinctement possible :

 

- Bien sûr que je suis réveillée ! je ne suis pas morte et encore moins sourde !

 

Allez-vous cesser vos conciliabules, vous tous! Et donnez-moi mes lunettes, je vous prie!

 

 Une main ajusta la monture sur son nez. Puis on l'aida à s'asseoir dans le lit.

 

La tête lui tournait un peu. Mais enfin, elle les distinguait plus clairement. Malcolm, son frère, si semblable à

 

leur mère.

 

Bob, son autre frère, qui tenait son prénom de leur père, Robert McGonagall Sr, un peu raide dans une
veste de tartan. John,enfin,  la mine pâle, l'air inquiet, était près d'elle.

 

-   Hé bien, John McGarrigle, tu te déplaces enfin ? Fit-elle.

 

John était le fils de la fille de Minerva, décédée trop tôt.  Longtemps, Minerva avait caché cette histoire préférant le faire passer pour son petit-neveu.

 

Avoir un enfant illégitime à son époque, et dans une famille aussi stricte que l’était le clan McGonagall, était une honte quand elle était jeune.

 

-   Mais, c'est que.... Hum  - il en bafouilla - tu as été  victime d'une attaque, tu aurais pu pu mourir si l'elfe, à
Poudlard n'avait pas donné l'alerte !

 

Brusquement, Minerva comprit la situation.

 

Le malaise. Les tableaux dans le bureau. La petite elfe de maison.

 

Elle fronça aussitôt les sourcils.

 

 -   Alors, dis-moi, qui s'occupe des élèves ?

 

Son frère Malcolm répondit :

 

-Voyons, Minnie, tu avais laissé des consignes, ne t'inquiète pas ! C'est Melinda, je veux dire
le professeur Lake.

 

-    Je sais qui est Melinda, merci.

 

-    Grand-mère, elle est passée te voir. Tu étais endormie. Elle a laissé un message
pour dire que tout allait bien. Elle a accepté.

 

Minerva fronça les sourcils. Mais de quoi parlait-il ?

 

 -   Accepté quoi, jeune homme ?

 

- Et bien,  la direction, voyons. De Poudlard, fit John, vexé du « jeune homme ».

 

  -  Par Merlin, elle va avoir besoin de mes conseils! Elle est encore bien jeunette !

 

John étouffa un rire. Aux yeux de sa grand-mère, tout le monde était « trop jeune ».

 

 -  Voyons, je connais Melinda!  elle n'est plus une enfant.

 

John pensait avec  une quasi certitude que Melinda était à peine plus jeune que lui. Mais sa grand-mère persistait à le considérer
comme un gamin irresponsable.

 

 - Je sais mais, vois-tu, cette année sera particulière. Et je ne peux pas en dire plus! Ajouta-t'elle.

 


John sourit franchement cette fois. Il savait bien ce que Minerva McGonagall ne voulait pas dévoiler. Il travaillait toujours au Ministère de la Magie.Il était même très impliqué dans les événements qui se dérouleraient à
Poudlard cette année. Mais Malcolm et Robert Jr, les deux frères de Minerva, n'étaient apparemment pas dans le secret. Pas encore, du moins.

 

 - Nous en reparlerons. Je dois m'entretenir avec Melly, avec Melinda, bafouilla-t'il. Et je lui donnerai de tes nouvelles car elle est très inquiète.

 

Minerva esquissa une forme de sourire. Cette jeune Melinda avait toujours été une personne exceptionnelle. Enfin. Presque toujours. 
Car quel tempérament elle avait !

 

Bien sûr, elle était dotée de la capacité de Légilimancie mais savait l'utiliser avec soin, maintenant. Et puis, la jeune femme lui rappelait d'autres souvenirs. Ceux de la direction d'Albus Dumbledore, des temps difficiles aussi, des temps de guerre, de lutte d’autres temps,  d'autres élèves. Fugitivement, elle pensa à son ancienne élève, Abigail Dittany, la guérisseuse qui avait abrité Melinda durant des années. Abigail était restée longtemps très proche de Minerva. Elles avaient connu bien des sorciers et des sorcières qui n’étaient plus, pendant les deux guerres contre Voldemort. Que de gâchis … Minerva se prit à penser que le temps passait trop vite.

 

Elle ferma les yeux un moment.

 

Et murmura:

 

      - Je pense que je vais me reposer encore un peu.

 

Le silence l'enveloppa.

Les temps étaient mouvementés. Elle devait reprendre des forces. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



22/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres