NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

Chap.24 - Festivités - part.3 (suite et fin)

Malgré tout, l'intermède dut prendre fin quand un homme, portant la tenue sobre et incolore des domestiques vint les interrompre. Une affaire pressante appelait la maîtresse de maison. L’homme avait un ton cérémonieux.

- Je vous laisse ici, m'estra. Profitez de la douceur de la nuit un moment. Je pense que votre époux sera encore occupé. Mereven sait se montrer bavard, parfois. Elle se tourna vers celui qui les avait interrompues : 
- Kyun, vous viendrez avertir m'estra lorsque son mari aura fini son entretien avec l'Honorable Mereven. L'homme se courba en recevant l’ordre. Bien, mon majordome ayant toutes les consignes à votre intention, je vais de ce pas remplir mon devoir. A plus tard,
m'estra.

Draïlina la salua en retour. 

Elle était seule et se dirigea vers le fond du jardin.

 

 

 

Heureuse de rester dehors, la guérisseuse savourait l'air frais de la nuit. Bientôt, le dverg aurait terminé, et si tout s'était bien passé, il aurait les informations qu'ils étaient venus chercher. Bientôt, ils pourraient repartir. Enfin, murmura-t'elle, se sentant plus détendue. Bientôt...

-Vous parlez seule.

La voix semblait  sortir de nulle part.

 

Draïlina sursauta et fit tomber son masque. Tant pis, cet accessoire la gênait depuis le début de la soirée. Elle ne chercha pas à le ramasser. Elle s'était cru seule. Mais dans l'ombre d'un arbre, elle aperçut une silhouette. Celle d'un individu tranquillement adossé au tronc. Elle retint son souffle.Un homme sortit de la pénombre et  vint vers elle, l' air nonchalant. La guérisseuse se reprit:

-Votre pardon, maester, je ne vous avais pas vu…
L'une des lanternes qui parsemaient le jardin vint éclairer la présence inconnue.
- C'est moi qui vous demande votre pardon, maestra. Je vous ai effrayée. Je ne le souhaitais pas.
Il s'avança un peu plus. Draïlina nota qu'il avait prononcé le terme “maestra” à la façon des Collines, et non selon l'usage en vigueur ici, près des Lacs où l'on disait "mestra".  Elle ne put s'empêcher de se sentir rassurée à ce son familier.
C'est stupide – se dit-elle – je n'ai rien à craindre, ici. Et il ne se cachait pas, il était venu pour prendre le frais, sûrement” .Elle le détailla plus attentivement.

 

 

Celui qui se tenait devant elle était haut de taille, à peu près aussi grand que Tann Elleyl, mais d'une moindre corpulence, l'allure plus fine. Ses cheveux bruns étaient bizarrement coupés court; des mèches rebelles ça et là plus longues retombaient de part et d'autre de son visage mince.

 

Il avait de grands yeux étirés en amande et un sourire goguenard, accentué par unique fossette creusée dans la joue droite. Il ne portait pas la

barbe, contrairement à la coutume guerrière, mais n’arborait pas la tenue apprêtée des Lacs.

 

Elle fut surprise qu'il ne se cachât pas derrière un masque à l'instar des autres invités. Ses vêtements étaient sobres, entièrement noirs, sauf sa chemise plus claire qui devait être taillée dans un tissu précieux. Il avait relevé le col d’un très large mantel, aux gros boutons d’argent. Elle dut admettre qu'il émanait de lui une grande prestance.

 

 

 

- Tsstss, ma chère, commença l’homme en noir, laissez-moi vous aider. Il se pencha pour attraper le masque à terre. Tous ses mouvements étaient souples, presque gracieux.

 

Il s’inclina légèrement, lui tendit une main baguée d 'anneaux et sourit. Draïlina se donna une contenance:

- Je vous remercie, Maester….

- De rien, ma chère. Je vous ai vus arriver, de loin, vous et ...votre compagnon. Il eut de nouveau un mince sourire. C'est rare, de voir des personnes venant de si loin par ici.

 

Drailina comprit que l'homme était bien informé. Eux qui voulaient se fondre dans la foule, c'était manqué!
Sérieuse, elle reprit son rôle:

 

 

-Mon mari est ici pour ses affaires, fit-elle, déroulant son mensonge.
L'homme la regardait avec un certain amusement.

-Etonnant! S'exclama-t'il en plissant les yeux. C'est la première fois que je vois un dverg marchand de surcroît et marié hors de son peuple!

 

 

Il avait parlé d'un ton calme, sans chercher à provoquer le scandale ni à attirer l'attention. Malgré tout, Draïlina regarda autour d'elle. Mais non. Ils étaient seuls dans le fond du jardin.

 

Elle recula instinctivement. Qui était ce personnage, qui sortait de l'ombre pour lui parler de dverg? Un espion? Un serviteur du Culte? Mais dans quel but?
La guérisseuse sentit que la situation  lui échappait. L'homme avança une main en signe d'apaisement:

- Ah, je vous fais encore peur! N'ayez aucune crainte venant de moi. Je me tiens dans l'ombre et ainsi me nomme-t'on: l'Ombre. J'aime hanter les soirées de ce genre. Certains parmi les plus pieux du Culte pensent que je suis une Incarnation de l'Impardonné. Ou de l'Impardonnable. C'est selon.
Il la regarda avec attention, plus grave:- Mais ce sont des sornettes, vous le savez. Une déité à double face, voilà qui n’est guère original, ne croyez-vous pas?

 

Malgré le ton badin, la guérisseuse commença à s'inquiéter: quels étaient ces propos? Elle aurait voulu partir d’ici mais Tann El ne revenait pas. Elle ne voyait nulle part ses hôtes ni le fameux majordome. Et la nuit avançait...
Elle aurait aimé en finir, rentrer, vite. Cet individu la mettait mal à l'aise...elle ne savait pas quoi lui dire! Il la narguait et elle ne savait même pas son nom.

 

Elle chercha à gagner du temps:

 

-Je suis vraiment ignorante concernant le Culte, voyez-vous, commença-t'elle, ce qui était, selon elle, une demi-vérité. Mais son interlocuteur sourit.

- Vraiment? Oh, et vous êtes venus tous les deux, ici, le soir de la Fête du Recouvrement? L’une des festivités les plus marquantes de Lacustria! L’une des célébrations du Culte les plus fameuses! C'est une coïncidence étrange, pour des ignorants...Des non-croyants étrangers!

 

 

 

Il se moquait, c'était évident.Draïlina répliqua:

 

-Ecoutez, maester, je ne vais pas rester ici plus longtemps. Je vais rejoindre mon mari...Elle fit un geste vague en direction de l'habitation.

 

 

 

Ebouriffant ses mèches rebelles, l'homme lorgna dans la même direction.

 

- Ah, vous l'avez laissé seul, pauvre de lui! Il va se faire charmer par des créatures sans scrupules, attention, m'estra! Dit-il avec exagréation, roulant des yeux de façon quasi comique.

-Vous vous fichez de moi! Ne put-elle s'empêcher de lancer. Il l'agaçait. Elle n'avait pas demandé de compagnie et il l'escortait, sans lui demander son avis. Une Ombre, se dit-elle. Une Ombre bien gênante.

 

 

 

 

Un rire franc lui répondit.On aurait dit qu'il lui riait au nez.

-Veuillez m'excuser, mais vous me servez de telles âneries depuis tout à l'heure que je ne peux m'en empêcher! S'approchant d'elle, il lui souffla à voix basse: - Mariée à un dverg! Un dverg marchand, qui plus est! Ici, dans la gueule du loup!

-Mais qui êtes-vous donc... le coupa-t'elle. Elle s’arrêta. Autour d’eux, la nuit était plus sombre.Elle les entourait de son mystère.Ils se dévisagèrent, un instant. Brutalement, Draïlina réalisa ce que l'étrange inconnu venait de dire:
-Je...pardon, qu'avez-vous dit? Dans  “la gueule du loup”? fit-elle, avec un temps de retard, soudain alarmée.Elle se maudit de son inattention.

 

L'homme redevint sérieux aussitôt. Il la regarda bien en face. Ses yeux étaient d'un bleu marine profond, foncés comme un lac en colère, presque violets.
-
Alors, vous ne savez pas, vraiment pas?

 

Elle secoua la tête négativement. Elle ne comprenait rien mais son coeur battait la chamade. Elle sentait le danger ramper autour d’eux, comme une créature dans la nuit, s’enrouler de façon glaciale jusqu’à son âme.

 

Rembruni, il la saisit par l'avant-bras:

-Il est temps de me faire confiance, maestra. Où est votre compagnon? Le dverg?

- Avec l'Honorable...
Elle ne put finr à temps. Il lui coupa la parole, décidé:

-Alors, dépêchons-nous de le faire sortir d'ici! Vous devez partir,et vite! Allons, suivez-moi!

Abasourdie, Draïlina lui emboîta le pas, cramponnée à sa manche, tâchant de suivre son allure:

- Mais...qui êtes-vous? Que savez-vous? Haleta -t'elle en soutenant son pas rapide. Il faisait deux enjambées quand elle ne pouvait en faire qu'une. Elle maudit sa robe, une fois encore. L'instinct la poussait à croire ce qu'il disait. Un instinct viscéral, proche de ce qu'elle avait ressenti quand elle avait connu les premières manifestations de l'arza.

- Jaylienn, c'est mon nom. Jaylienn Shaar. Dépêchez-vous, maestra...

-Je suis Draïlina, souffla-t'elle en accélérant. Pourquoi devons-nous...

 

Il s'arrêta, alerté par des bruits venant du grand salon donnant sur le jardin.

- Chut! Ecoutez!
-Mais quoi...Elle s'interrompit, craignant de comprendre ce qu'elle percevait.

 

Des hurlements retentissaient à l'intérieur. Elle sentit sa peau se glacer. Quand elle comprit le sens des cris, le froid la saisit d'autant plus:

- Au meurtre! Au meurtre! L'honorable Mereven a été assassiné! Attrapez le tueur, il s'échappe! C'est l'ombre! L'ombre de l'Impardonnable qui l'a commis!

 

 

Tous deux se regardèrent.L'Ombre?

-Ben voyons, fit Jaylienn, presque amusé. Mettez-moi un crime sur le dos!
Draïlina le dévisagea, interdite. Elle n’en croyait ni ses yeux ni ses oreilles.

-Mais...vous riez d'une telle situation, crétin! Je dois aller voir!

 

Sérieux à nouveau, il la retint:
- N'y allez pas, surtout pas! C'est votre ami le dverg qui est en danger! Ne comprenez-vous pas? Il va se faire accuser de meurtre! Vous êtes tombés dans un piège!

 

Les hurlements se répondaient dans la nuit tandis que la foule se pressait vers les portes afin de fuir ce lieu d'horreur. Fracas de vaisselle brisée, piétinements, hennissements des chevaux à l'extérieur. La demeure de Dame Periga et de l'Honorable Mereven était devenue folle.

- Edrys, s'écria la guérisseuse, morte d'inquiétude.
Jaylienn posa une main calme sur son bras en rabattant son capuchon sur sa tête.
- Respirez, Draïlina! Nous allons le sortir de là! Ecoutez bien ce que je vais vous dire et suivez mes instructions.....

 


 

 Tous droits réservés

 

 

©Leya 2017

 

 

 



16/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres