NapalYsaLeya

NapalYsaLeya

L'ombre du passé - Chap.3 - Remus

Comme un appel impérieux.

Une faim inexplicable envahissait son corps. L'attirait.

Ses bras et ses jambes s'allongeaient.

 Douloureusement.

Ses pupilles s'étiraient. Une nouvelle acuité. Ses oreilles entendaient des sons infinis.

Une sensation bestiale s'emparait de son cerveau, chassant toute trace d'humanité.

Restait un instinct tueur, implacable. Monstrueux.

 L'esprit torturé par le besoin de se trouver une proie chaude à portée, de déchirer, de planter ses crocs, de sentir jaillir le sang chaud enfin….

L'atroce tourment s'emparait de son corps transformé, le pelage gris argenté luisant sous le reflet de la lune pleine.

Un cri retentit

Comme une décharge électrique….

 

 

Abby bascula sur le côté, l'esprit en feu, la nausée dans la gorge.

Haletante, elle ouvrit les yeux.

Elle était réveillée.

« Un maudit rêve, souffla-t'elle en pensée, à moitié soulagée, cette saleté de pleine lune, une fois encore »

Les yeux brûlants, elle prit pleinement conscience qu'elle était dans son lit, dans son dortoir. Qu'elle avait un corps. Humain.

Les larmes lui montaient aux yeux tandis qu'elle jetait un coup d'œil par delà la fenêtre.

 

Un rêve, vraiment ?

Comment pouvait-elle ressentir aussi précisément les symptômes et les souffrances de la transformation de Remus ? Juste parce qu'il la lui avait décrite ?

Remus était resté son ami. Jamais il ne lui en avait voulu d'avoir parlé à Sirius, pour la simple raison que celui-ci avait prétendu avoir découvert ce secret par lui-même.Abby, par souci d'honnêteté, avait avoué sa petite « trahison ». Mais, déjà, Remus lui avait pardonné car avoir mis ses amis sur la piste de sa vraie nature les avait  rapprochés les uns des autres.Ils constituaient un petit groupe soudé, à présent, que tout Poudlard regardait avec admiration et souvent, imitait. "Les mecs cools de Gryffondor".

 

C'était la première fois qu'Abby partageait aussi intensément les perceptions d'autrui par le biais d'un rêve, et cela lui faisait peur. Elle croyait se souvenir que son père faisait d'étranges rêves du même genre, mais elle était si petite… et personne n'avait eu le temps de lui expliquer avant que ses parents disparaissent.

 

Pourtant, elle voulait encore croire à un simple cauchemar. Plus effrayant qu'un autre. Parce qu'elle était plus sensible aux variations des cycles de la lune, sans doute. Et qu'elle savait que son ami souffrait.

Combien de temps encore ?

Combien de mois le supporterait-elle ?

Y avait-il un moyen ?

« S'il y a une solution… » Elle se rappela les mots de Sirius, il y avait si peu de temps.

 

Oui, mais combien de temps ?

La jeune fille se recoucha, ne pouvant empêcher les larmes de couler et enfouit sa tête dans l'oreiller. Elle frappa du poing inutilement sur le matelas et murmura :

  «  Combien de temps cela prendra-t'il ? Combien de mois ou d'années, Sirius ? »

 

Son chagrin augmentait car elle savait que si Remus et elle se laissaient aller à une relation de plus en plus proche, cela les affecterait tôt ou tard.

 Elle le pressentait. Et cela ne devait pas être.

Leur amitié devait survivre avant tout.

Cette évidence s'imposa à elle, comme toutes les possibilités qu'elle voyait se dérouler devant elle.

 

Leur deuxième année se terminait et leur amitié devait s'imposer malgré tous les obstacles.

Ils étaient si jeunes.

Même si la tendresse les liait, Abby savait qu'il faudrait y mettre des barrières.

Reniflant une nouvelle fois, elle s'endormit sur cette détermination.

Dehors, l'astre froid et rond semblait la narguer.



28/02/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres